Moteurs de recherche disparus : les moteurs avant Google

Pour surfer sur Internet et faire des recherches, il faut utiliser un moteur de recherche comme Google : le géant dans ce domaine. Toutefois, Google n’a vu le jour qu’en 1998 et beaucoup se posent des questions sur les moteurs de recherche utilisés auparavant. Comment faisait-on pour faire des recherches sur Internet avant Google ? Plus de réponses dans cet article.

Les moteurs de recherche anglophones

Dans la liste des moteurs de recherches anglophones qui datent d’avant Google, on retrouve plusieurs. La plupart d’entre nous n’ont peut-être jamais utilisé ces moteurs de recherche mais ils ont vraiment existé :

  • Archie : le premier moteur de recherche paru en 1990.
  • Gopher : créé en 1991, autorisant les utilisateurs à faire des recherches et à partager des documents.
  • Veronica et Jughead : paru en 1991 également, moteur de recherche s’inspirant d’Archie.
  • VLiB : créé en 1992
  • Excite.com : créé en 1993, vendu à Infospace en 2001. C’est le propriétaire de Webcrawler et Dogpile.
  • Worldwild Web Wanderer : crée également en 1993
  • Aliweb : crée en 1993 comme Worldwild Web Wanderer  et Excite.com
  • Primitive Web Search : a vu le jour la même année que Worldwild Web, Excite.com et Aliweb.

En 1994, plusieurs moteurs de recherches ont vu le jour notamment :

  • Infoseek
  • E Net Galaxy
  • Altavista
  • Wencrawler
  • Yahoo : sauf que Yahoo est toujours là aujourd’hui, utilisé par des millions de personnes.
  • Lycos
En 1995, Looksmart fut le seul moteur de recherche à être créé. Ensuite en 1996, on retrouve Inktomi : Hotbot et la création de Google a déjà été prévu la même année. Vers 1997, on retrouve Ask.com et MSN Search en 1998 et Magellan (la date où Google voit officiellement le jour). En 1999, le moteur de recherche Webtop est né et iLor en 2001. ILor  proposait pourtant une palette d’outils et se basait au Kentucky.  En 2003, Ouverture Services est créé, suivi de Snap et Wikia en 2006. En 2008, on entendra Cuil et Bing en 2009. En 2010, il y a eu Blekko. Parmi les moteurs de recherche anglophones ayant disparu depuis quelques années, on retrouve également: Northern Light, Infossek et DirectHit.
lycos ancien moteur de recherche


Les moteurs de recherche francophones

La liste est plus courte pour les moteurs de recherche francophones puisqu’on en trouve que trois  dont :

  • Lokace : ce moteur de recherche a été créé vers 1995 et a disparu vers la fin de 2001. Il se servait de la technologie appelée : Antisearch. Si vous tapez aujourd’hui l’adresse Lokace.fr, vous serez redirigé vers le site Nomade.fr. Le site appartient en fait à Infonie qui a rejoint le groupe Italien Tiscali en 2001 (groupe propriétaire du site Nomade).
  • Ecila : moteur de recherche né la même année que Lokace et a disparu vers 2001 également, en mois d’octobre pour être plus précis.
  • Excite.fr : disparu en 2001 avant de refaire surface en 2003. Néanmoins, il reste inconnu du grand public.

Apropos de Google

Le géant Google est le moteur de recherche le plus puissant du moment. On parle de géant du Web et de toute l’Usine Digitale. Il est indestructible et la majorité des internautes s’en servent pour effectuer leur recherche sur Internet. Pour les professionnels, le positionnement sur Google est très important. Ils font tout pour avoir les meilleures positions sur ce moteur de recherche et font doc du référencement : un élément clé de leur succès notamment sur Internet mais également en dehors.

Google ne risque pas de disparaître comme tous les autres moteurs de recherche créés avant lui, en même temps que lui en 1998 ou ceux qui sont nés plus tard. Il ne craint d’ailleurs pas la concurrence depuis ses nombreuses années d’existence même si certains internautes utilisent d’autres moteurs de recherche comme Yahoo, Bing, Qwang, etc.  Aujourd’hui et demain, Google restera le moteur de recherche le plus utilisé. Sa renommée mondiale est extraordinaire et la société ne cesse de lancer des projets. L’esprit d’innovation   fait partie des clés de la réussite du Géant du Web. De plus, il compte plusieurs sociétés ayant des activités diverses et variées.